World Association of Newspapers and News Publishers


La Plume d’or de la liberté 2014 revient au journaliste éthiopien en prison

Language switcher

La Plume d’or de la liberté 2014 revient au journaliste éthiopien en prison

2014-01-27

L’éditeur, journaliste et blogueur éthiopien Eskinder Nega, purgeant actuellement une peine de 18 ans de prison sous la législation anti-terroriste d’Éthiopie, a reçu la Plume d’or de la liberté 2014, le prix de la liberté de la presse décerné chaque année par l’Association mondiale des journaux et des éditeurs de médias d’information (WAN-IFRA).

M. Nega a été arrêté le 14 septembre 2011 après avoir publié un article critiquant le recours par son gouvernement à la loi anti-terroriste de 2009 pour museler et emprisonner les voix critiques du pays, dont l’acteur et activiste éthiopien Debebe Eshetu.  Il a été accusé d’appartenir à une organisation terroriste et condamné le 23 janvier 2012.

En attribuant ce prix, le conseil d’administration de WAN-IFRA a envoyé un message clair aux autorités éthiopiennes, en leur indiquant qu’abuser de la loi anti-terroriste pour emprisonner des journalistes et tous ceux qui critiquent leur gouvernement est à la fois injustifié et contraire aux conventions internationales, telles que la Déclaration de Vienne sur le terrorisme et les médias.

Tomas Brunegård, président de la WAN-IFRA, a déclaré au nom de son conseil d’administration : « Ce prix récompense le courage d’Eskinder Nega d’avoir osé parlé haut et fort malgré les risques d’emprisonnement encourus sous la législation anti-terroriste éthiopienne, connue pour être à la fois draconienne et excessivement large ».

« Nous exhortons le gouvernement éthiopien à libérer Eskinder Nega ainsi que tous les journalistes déclarés coupables d’incitation à la révolte, dont Solomon Kebede, Wubset Taye, Reyot Alemu, et Yusuf Getachew », a poursuivi M. Brunegård, récemment en visite officielle en Éthiopie dans le cadre d’une mission internationale qui a découvert que les éditeurs et journalistes du pays pratiquaient le journalisme dans un climat de terreur.

La Plume d’or de la liberté est un prix annuel créé par la WAN-IFRA pour récompenser, au nom de la liberté de la presse, l’acte ou l’écrit particulièrement remarquable d’un individu, d’un groupe ou d’une institution. Vous trouverez plus d’informations sur la Plume d’or à l’adresse http://www.wan-ifra.org/node/31099

Ce prix sera remis le 9 juin lors des cérémonies d’ouverture du Congrès mondial des journaux, du World Editors Forum et du Forum mondial de la publicité, trois sommets annuels de la presse mondiale qui auront lieu cette année à Turin en Italie.

Dans une chronique publiée dans le New York Times, M. Nega a dit de son emprisonnement : « Je n’ai jamais comploté contre mon gouvernement ; tout ce que j’ai fait a été d’écrire sur le Printemps arabe et de suggérer que quelque chose de semblable pourrait se produire en Éthiopie si le régime autoritaire n’entamait pas de réformes... J’ai également osé remettre en question l’accusation ridicule du gouvernement selon laquelle les journalistes sont des terroristes. »

En 2012, la WAN-IFRA avait déjà réaffirmé son opposition à l’utilisation abusive que fait l’Éthiopie de sa loi anti-terroriste, en écrivant au Premier Ministre de l’époque, H.E. Meles Zenawi, pour exiger la libération immédiate de M. Nega. Plus récemment, elle a de nouveau réclamé sa libération, ainsi que celle de quatre autres journalistes emprisonnés, lors d’une mission internationale de liberté de la presse menée conjointement avec l’International Press Institute. Vous pouvez consulter le rapport intégral de cette mission internationale de liberté de la presse sur http://www.wan-ifra.org/node/97172

M. Nega avait créé son premier journal Ethiopis en 1993, lequel a rapidement été fermé par les autorités en raison du côté critique de son journalisme. Il a alors, avec sa femme Serkalem Fasil, dirigé la société d’édition Serkalem Publishing House, qui publiait des journaux tels que Asqual, Satenaw et Menelik, tous actuellement interdits en Éthiopie.  Malgré la révocation de ses journalistes depuis 2005, il a continué à publier des articles.

Ce n’est pas la première fois que M. Nega est emprisonné pour ses articles. Il a été détenu au moins 7 fois sous le Premier Ministre Meles Zenawi, dont une détention de 17 mois pour trahison prononcée contre lui et sa femme en raison d’un reportage critique sur la réponse violente apportée par le gouvernement de Meles à des manifestations pacifiques qui avaient fait suite aux élections controversées de 2005.

La WAN-IFRA, basée à Paris en France et à Darmstadt en Allemagne, avec des filiales à Singapour et en Inde, est l’Association Mondiale des Journaux et des Éditeurs de Médias d’Information. Elle représente plus de 18 000 publications, 15 000 sites Web et plus de 3 000 sociétés dans plus de 120 pays. Sa principale mission est de défendre et de promouvoir la liberté de la presse, un journalisme de qualité et l’intégrité éditoriale ainsi que de favoriser l’essor des entreprises.

Pour toute question, veuillez vous adresser à :
Larry Kilman, directeur général adjoint et directeur de la communication et des affaires publiques, WAN-IFRA, 96 bis, rue Beaubourg, 75003 Paris, France. Tél. : +33 1 47 42 85 07. Fax : +33 1 42 78 92 33. Mobile : +33 6 10 28 97 36. E-mail : larry.kilman@wan-ifra.org

Author information